Traduire cette page :  de  
Thai forest Monastery :: Courte biographie
Thai forest Monastery Forum Index
Thai forest Monastery
Small Thai forest Monastery in Thailand - monastere forestier en Thailande
 
Thai forest Monastery Forum IndexFAQSearchRegisterLog in



 Welcome 
Welcome - Bienvenue - ยินดีต้อนรับ - Guest to Wat Pa NongPai in Buriram Province - Thailand - วัดหนองไผ่   
:: Courte biographie ::

 
Post new topic   Reply to topic    Thai forest Monastery Forum Index -> Thai forest monastery -> Adjarn CHAH
Previous topic :: Next topic  
Author Message
praadjarnpaki
Administrateur

Offline

Joined: 02 Aug 2012
Posts: 312
Localisation: Thailande

PostPosted: Thu 9 Aug - 10:18 (2012)    Post subject: Courte biographie Reply with quote

Quote:
Quote:
Biographie succincte d'Ajahn Chah 



Le Vénérable Ajahn Chah est né le 17 juin 1918 dans un petit village, près de la ville de Ubon Rajathani, dans le Nord-Est de la Thaïlande. Après avoir terminé ses études primaires, il passa trois années dans un monastère, comme novice, avant de retourner à la vie laïque pour aider ses parents à la ferme. A l'âge de vingt ans toutefois, il décida de reprendre la vie monastique et le 26 avril 1939, il reçut l'upasampada (ordination monastique de moine).

Les premières années de la vie monastique d'Ajahn Chah se passèrent dans le cadre traditionnel de l'étude des enseignements bouddhistes et de la langue scripturale pâli. Au cours de la cinquième année, son père tomba gravement malade et mourut, rappel brutal de la fragilité et de la précarité de la vie humaine. Cela eut pour conséquence de l'amener à réfléchir profondément à ce qui constitue le but véritable de cette vie, car bien qu'ayant étudié beaucoup et ayant acquis une certaine aisance dans le maniement de la langue pâli, il avait l'impression de ne pas avoir davantage de compréhension personnelle de la signification de la souffrance. Il eut un grand sentiment de désappointement et finalement, en 1946, il abandonna ses études et entreprit un pèlerinage en tant que moine vivant d'aumônes de nourriture.
Il marcha quelque 400 km jusqu'au centre de la Thaïlande, dormant dans les forêts et mendiant sa nourriture dans les villages, sur son chemin. Il résida pour un temps dans un monastère où le vinaya (discipline monastique) était étudiée et suivie scrupuleusement. C'est là qu'il entendit parler du Vénérable Ajahn Mun Buridatto, un maître de méditation jouissant d'un très grand respect. Voulant rencontrer un maître aussi accompli, Ajahn Chah se mit en route, à pied, à sa recherche dans le Nord-Est de la Thaïlande. A cette époque, Ajahn Chah était aux prises avec un problème crucial. Il avait étudié les enseignements sur la moralité, la méditation et la sagesse, dont les textes traitaient avec beaucoup de détails et de précision, mais il ne voyait pas comment ils pouvaient pratiquement être mis en application.
Ajahn Mun lui dit que bien que la somme des enseignements soit très vaste, ils sont très simples dans leur essence. Tout se résume à établir l'attention vigilante afin de voir que tout prend naissance dans le coeur-mental... voilà la vraie voie de la pratique. Cet enseignement direct et succinct fut une véritable révélation pour Ajahn Chah et l'amena à modifier sa manière de pratiquer - le chemin était clair. Au cours des sept années qui suivirent, Ajahn Chah adopta le style austère de la tradition des moines de forêts, parcourant la région et s'établissant dans des endroits calmes et à l'écart pour y pratiquer la méditation. Il vécut dans des jungles infestées de tigres et de cobras, utilisant les contemplations sur la mort pour pénétrer la véritable signification de la vie. A une occasion, il pratiqua ainsi sur un lieu de crémation, pour voir en face et finalement vaincre sa peur de la mort. A une autre occasion, assis en méditation, glacé et trempé par une pluie s'abattant en tempête, il connut la désolation et la solitude absolues d'un moine sans foyer.
En 1954, après des années de vie errante, il fut invité à retourner dans son village natal. Il s'installa tout près, dans une forêt, appelée Pah Pong, qu'on disait hantée, et où l'on risquait d'attraper les fièvres. En dépit de conditions très dures, du fait de la malaria, d'un abri précaire et d'une nourriture rare, des disciples commencèrent à venir le rejoindre en nombre croissant. Le monastère qui est connu à présent sous le nom de Wat Pah Pong. débuta ainsi. Par la suite, d'autres monastères, affiliés, furent établis en d'autres endroits.
En 1967, un moine américain vint s'établir à Wat Pah Pong. Le Vénérable Sumedho, nouvellement ordonné, venait de passer son premier vassa (retraite monastique pendant la saison des pluies) en pratiquant intensivement la méditation, dans un monastère près de la frontière laotienne. Bien que ses efforts aient donné certains fruits, le Vénérable Sumedho ressentait le besoin d'un maître qui puisse lui donner un enseignement englobant tous les aspects de la vie monastique. Par chance, un des moines d'Ajahn Chah qui, de surcroît, parlait un peu l'anglais, vint pour une visite au monastère où le Vénérable Sumedho résidait. Entendant alors parler pour la première fois d'Ajahn Chah, il demanda la permission de prendre congé et se mit en route pour Wat Pah Pong avec l'autre moine.
Ajahn Chah accepta volontiers le nouveau disciple, mais insista pour qu'il ne bénéficie pas de faveurs spéciales, en sa qualité d'Occidental. Il aurait à manger la même nourriture simple reçue et à pratiquer de la même façon que n'importe quel moine de Wat Pah Pong. L'entraînement monastique y était assez rude et rébarbatif. Ajahn Chah poussait souvent ses moines jusqu'à leurs limites, pour tester leurs facultés d'endurance et afin qu'ils développent patience et résolution. Parfois il entamait des projets de travaux à long terme qui semblaient sans utilité, afin de frustrer leur attachement à la tranquillité. L'accent était toujours mis sur l'importance de se soumettre à la réalité telle qu'elle est, et c'était avec grande insistance que le vinaya y était observé. Par la suite d'autres Occidentaux vinrent se joindre à Wat Pah Pong. A cette époque, le Vénérable Sumedho était un bhikkhu (moine) de cinq ans et Ajahn Chah le considérait suffisamment compétent pour enseigner; d'autre part plusieurs de ces nouveaux moines, avaient décidé de rester là et d'y poursuivre l'entraînement monastique.
Pendant la saison chaude de 1975, le Vénérable Sumedho ainsi que quelques bhikkhus occidentaux vécurent quelque temps dans une forêt, pas loin de Wat Pah Pong. Les villageois locaux leur demandèrent alors de rester, et Ajahn Chah donna son consentement. C'est ainsi que vint à l'existence Wat Pah Nanachat (Monastère International de Forêt) et le Vénérable Sumedho devint le supérieur du premier monastère en Thaïlande, dirigé par et pour des moines anglophones.
En 1977, Ajahn Chah fut invité à se rendre en Grande-Bretagne par l'English Sangha Trust, une association ayant pour objet l'établissement d'un Sangha bouddhiste de moines résidant à demeure. Il emmena avec lui le Vénérable Sumedho et le Vénérable Khemadhammo et, voyant le sérieux intérêt manifesté, les laissa à Londres au monastère de Hampstead (en compagnie de deux autres disciples occidentaux qui visitaient l'Europe à cette époque). Il retourna en Grande-Bretagne en 1979, au moment où les moines quittaient Londres pour s'installer au Monastère bouddhiste de Chithurst dans le Sussex. Il continua ensuite son voyage pour se rendre aux Etats-Unis et au Canada pour y enseigner.
Après ce voyage ainsi qu'en l981, Ajahn Chah ne passa plus les vassa à Wat Pah Pong car sa santé était devenue mauvaise à cause de l'effet débilitant du diabète. Sa maladie empirant, il utilisait son corps comme un enseignement, un exemple vivant de l'impermanence de toutes choses. Constamment, il rappelait à tous de faire des efforts pour trouver un vrai refuge en eux-mêmes, car il ne pourrait pas continuer à enseigner pendant beaucoup plus longtemps.
Avant la fin de la mousson de 1981, on le transporta à Bangkok pour une opération, sans que cela n'apporte toutefois beaucoup d'amélioration à son état de santé. Quelques mois plus tard, il ne pouvait plus parler et il perdit graduellement le contrôle de ses membres jusqu'à être virtuellement paralysé et condamné au lit. On prit grand soin de lui et des disciples dévoués veillèrent sur lui avec amour, reconnaissants de l'occasion qui leur était offerte de pouvoir servir le maître qui avait montré la Voie à tant d'êtres avec une telle patience et compassion.
Ajahn Chah devait finalement succomber à cette longue maladie et mourut le 16 janvier 1992.


Back to top
Publicité






PostPosted: Thu 9 Aug - 10:18 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Thai forest Monastery Forum Index -> Thai forest monastery -> Adjarn CHAH All times are GMT + 7 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduire cette page :  de